Un réseau de réflexion et d'action, et des espaces d'accueil, pour développer des échanges culturels et des initiatives de coopération et de transition.

Saoul venir

On a voulu me faire hériter d'une banque suisse !
  
Par : Pepez
  
RETOUR LISTE DES RECITS

Pepez MomentJe me souviens, c'était par un de ces jolis matins
ou bien un soir, je ne me souviens plus très bien,
enfin, un de ces détails qui vous entraînent,
qui mènent la danse tels des hallucinogènes,
un peu dans tous les sens,
mais vite, il faut que je me reprenne…

Donc, c'était pas plus tard qu'hier, ou bien demain,
après tout, me direz vous, tout ça on s'en fout,
pour peu qu'on ait la trame, le meurtre, le mélodrame,
une belle histoire d'amour, de celles dont jamais on ne se relève,
tant et si bien que l'on se dit : Aujourd'hui,
je reste au fond de mon lit.

Je le tenais, pourtant, mon souvenir,
pourquoi faut il donc que toujours arrive le pire
au moment même où délicatement, de ses doigts de fée,
elle allait enfin se découvrir, me laisser transparaître
sa si douce chevelure, blonde, brune ou bien ambrée…
quelle injustice, quelle dictature, que ces maudites fourmis
me tirant inexorablement de mon sommeil,
me dévorant les pieds.
Foutez moi donc la paix, maudites bestioles
avant que je n'appelle mes potes les lézards verts
et qui d'un trait de langue, vont tous vous avaler.
En attendant, pour aujourd'hui, mon rêve est bel et bien foutu.
Ne dit on pas que flânerie est mère de toutes les vertus,
j'adopte, accompagné d'un satisfecit, encore en plus.

Bon, pour le ménage, nous verrons cela demain,
à présent, hommage à la famille, elle le vaut bien.
Tiens, les photos des grands pères, le cosaque sur son bourrin,
en pleine bataille de la Marne, et le gitan anar, attendant demain,
que franco soit tout à fait mort, histoire de revoir enfin son Andalousie porteuse,
et partir serein, après plus d'un demi siècle d'exil, au bras de dame faucheuse.
De drôles de types, que ces mecs là, croyez moi !
Je ne vous ferai pas le coup du cadre en bois,
pour vous parler du père, non pas mort d'une glissade, mais en héros,
afin de sauver la vie à plus de trois cents zozos
et laissant à terre, par la même occasion,
une mère et ses cinq rejetons.

Entre héros et zéro, y’a parfois pas grand' marge, ma bonne dame !
Et moi, dans tout ça, ben c'est vrai quoi,
il serait bon que je retrouve un petit éclat de mon existence,
un p'tit quequ' chose digne de leur redonner confiance,
à mes ancêtres, faute de leur donner la foi ;
Ha, j'en tiens un, je crois, il va être fier de moi, l'anar,
Mais retrouvons le contexte ;
il va falloir me suivre dans les tréfonds des quartiers bas
d'une très ancienne ville champenoise, Troyes.

Je tenais , juste en face de la prison, un petit troquet,
là où défilaient les nantis de l'enfer, comme je les appelais,
toute forme de réconfort était bonne à prendre, en ce qui les concernait,
pour les uns, le dernier verre avant le grand plongeon,
pour les autres la grande cuite de leur vie,
quand enfin avait sonné l'heure de la sortie .
Et puis les uns, les autres, se mélangeaient les pinceaux,
ne sachant plus très bien, dans un immense ballet,
s'ils venaient au bistrot, histoire de fêter l'avant ou l'après,
sans compter toutes leurs décrépies dulcinées,
me taxant des tonnes de mouchoirs, en attendant l'heure du parloir,
venant quémander un poil de chaleur humaine, une once de reconnaissance,
ne pas être les seules à croire en leur innocence,
quand tout ceci me revient parfois à l'esprit, un mot, un seul, quel foutoir !

Par un jour de réveillon, c'était en 82, je crois,
pendant que je m'affairais à préparer un bon repas,
pour tous les clodos du coin, les paumés du petit matin,
un drôle de type est entré prendre un café
Costard, cravate, attaché case, accent qui traîne la patte,
il était avocat d'un cabinet notarial de Genève,
m'expliquant que j'étais l' héritier d'une banque suisse,
suite au mariage du gitan ayant enlevé et marié ma grand-mère
dans les années vingt…
-Houla !! dans quel merdier vous tentez de me fourrer
vous êtes le père noël ou le père fouettard ?
-Bon, je ne vous accable pas, réfléchissez, c'est sérieux, une banque,
j'ai un avion à prendre, je vous laisse nos coordonnées.
Hourra patron ! Héritier d' une banque suisse, allez, soyez pas chien, tournée générale !
C'est tout ce qu'il m'aura fait gagner, ce con, me faire dévaliser la moitié
de ma cave par les potes clodos, persuadés, l'instant d'une nuit, que j'allais perdre ma vie
à faire partie de la très haute société.

Surtout, dans mon histoire, n'allez surtout pas croire
que je les ai oubliées, les femmes.
Simplement elles furent toutes des Saintes
et les Saintes, ou on les prie, ou on les aime, en silence.
Mais il est temps que j'aille prendre l'air...
Salut Pepez, qu'est ce que je te sers, une blanche, comme d'habitude ?
Merde, quel idiot, tout est à refaire !!

Contact

Association JADES - La Cheminée

14, rue du vieux pont - 82240 Septfonds
Entrée public : 
1, bd des Mourgues
bruno@lacheminee.fr
05 63 67 74 73

NewsLetters